In Flames

Sunday 12 - 19:50 to 21:00

Les ‘die-hard’ fans du groupe ne cessent de le répéter à cor et à cri depuis déjà pas mal de temps, mais l’année 2017 a vu la fanbase d’In Flames s’élargir de façon exponentielle. Les Suédois ont surmonté une multitude d’obstacles qui parsemaient leur chemin pour atteindre une reconnaissance méritée. Considéré aux débuts des années nonante comme un des pionniers du Gothenburg sound (sorte de ‘melodeath’ aussi rapide que mélodique), In Flames n’a cessé de se renouveler et de se réinventer en développant son concept originel. S’appuyant sur une foi inébranlable en sa vision de sa musique, le groupe ne cesse d’aller de l’avant au point de devenir un véritable modèle de référence pour beaucoup de ses contemporains. Sans manquer de respect à leurs premiers enregistrements, il faut constater que le changement de style opéré assez rapidement a permis au groupe de proposer des albums nettement plus aboutis. Ce constat ne sera peut-être pas partagé par tout le monde et nous laisserons les analystes déclarer qu’In Flames est mort et enterré depuis longtemps (vous savez comment les raccourcis sans fondement sont répandus de nos jours) pour nous réjouir à l’écoute de ‘Batlles’ le dernier en date et douzième album studio du groupe (sorti en 2016). Sur cette dernière offrande, Anders Fridén et ses comparses poursuivent leur travail d’exploration de nouveaux horizons musicaux. En s’appuyant sur des refrains imparables et des solo toujours aussi accrocheurs, le mi-heavy mi-groovy ‘modern’metal d’In Flames est à la fois oppressant, exaltant et toujours terriblement accrocheur. ‘Battles’ sonne avant tout comme une étape logique (et particulièrement réussie) de l’évolution du groupe. Malgré son approche assez accessible (facilitée par la combinaison réussie de lignes vocales et de parties de guitare) l’album propose la juste proportion de brutalité pour s’apparenter à une véritable montagne russe émotionnelle. Si depuis quelques années Slipknots, Metallica ou Iron Maiden squattent les têtes d’affiches des plus gros festivals, le nom d’In Flames y apparait également de plus en plus régulièrement. En 2015, un crowdsurfing réalisé durant un concert d’In Flames a été officialisé record du monde de la discipline… c’est peut-être quelque chose qu’il faut garder à l’esprit quand le groupe fera son entrée sur notre ‘Prison stage’….